Skip to main content

Comment s’asseoir dans le yoga ?

Pour pratiquer, le confort de l’assise doit être une priorité. Son choix sera aussi en lien avec la technique pratiquée. L’objectif demeure la verticalité, c’est à dire le fait d’allonger l’axe vertébral vers le haut. Se redresser est à la fois un acte énergétique et psychique. Cette verticalité permet de favoriser une bonne circulation sanguine et nerveuse mais aussi de réorienter l’énergie vers la moelle épinière et le cerveau. L’énergie du bas est ainsi poussée vers le haut. L’impact physiologique et énergétique d’une assise est primordial. C’est l’une des clés vers l’équilibre physique et mental. S’asseoir devient tout art car le challenge est grand, rassembler le corps autour de l’axe énergétique central.

Sukhasana, la posture aisée

Il existe de nombreuses postures assises. Pour les débutants, commencez par une posture assise simple comme sukhasana (le tailleur, la posture aisée) avec toujours en tête le dos bien redressé, le lien avec la terre au niveau de mulabandha et avec le ciel au dessus de la fontanelle.

Sukhasana – La posture aisée – ©Ghatika

 

Un coussin plutôt ferme sous le dernier tiers des fessiers fait la différence. Il va permettre de déployer la colonne vertébrale et libérer le plexus solaire. Reculez légèrement le menton et ouvrez les épaules vers l’arrière en pressant les omoplates. Le fait d’avoir les hanches plus hautes que les genoux permet plus d’aisance, le bas du dos n’est pas en arrondi et le buste semble moins lutter contre l’apesanteur. Souvent la chaîne hanches, genoux, chevilles peut manquer de souplesse et rendre délicate les postures assises prolongées.

Ardha-padmasana, la posture du demi-lotus

Vous pouvez aussi tester le demi lotus, ardha-padmasana, seulement si la prise de posture ne réclame aucun effort. Le talon droit ou gauche se retrouve dans l’aine opposée.

Ardha padmasana – La posture du demi-lotus – ©Ghatika

Vajrasana, la posture du diamant

Vajrasana, la posture du diamant, en assise sur les talons, permet de pratiquer des pranayama sans difficultés.

Vajrasana – La posture du diamant – ©Ghatika

 

À tester aussi, bhadrasana, la posture auspicieuse (partir en vajrasana, les fessiers s’installent entre les deux pieds, genoux ouverts). N’hésitez pas à aménager les postures assises. Parfois, un coussin, une brique, une simple couverture feront la différence. Ne forcez jamais. Laissez faire le corps avec patience et bienveillance (oui, pas facile ;-). Laissez même le corps s’agiter au début car l’immobilité n’est pas une évidence pour beaucoup.

Padmasana, la posture du lotus

Avec la pratique et l’entraînement dans différente assise, l’ouverture des hanches va se faire progressivement afin, peut-être, d’acquérir la plus parfaite, la plus souveraine des postures, le lotus, padmasana, qui permet stabilité, fermeté et verticalité physique, énergétique et mentale.

Padmasana – La posture du lotus – ©Ghatika

Auteur :
Agathe Westendorp

Partager cet article :

OUPS

Votre navigateur a vieilli…

Il est temps de le mettre à jour 🙂