Mûlâdhâra chakra 

Représentation de Mûlâdhâra chakra

Ce chakra tire son nom de sa position Mûla (racine) et Adhâra (support) car il est à la racine de la sushumna et de toutes les nâdîs. Il est situé entre les organes génitaux et l’anus, là où repose la Kundalini (énergie spirituelle latente). Juste au-dessus de mûlâdhâra se trouve Svâdhîshthâna chakra.


Mûlâdhâra chakra est de couleur cramoisi est possède quatre pétales qui représentent quatre formes de béatitude. Par ailleurs, sur chacun des pétales sont les lettres sanscrites de couleur or Vam, Sham, Sham et Sam. Elles symbolisent chacune une Devatâ (divinité hindou). Le mantra racine (bîjâ) de ce chakra est LAM. Ce bîjâ mantra représente comme pour chacun des 6 chakras principaux, le Tattwa (principe essentiel) qui gouverne le chakra. Cela est renforcé par la présence d’animaux qui viennent asseoir le caractère de chaque chakra. Pour Mûlâdhara c’est l’éléphant, Airâvâtâ symbole de force, d’ancrage à la terre, de résistance. L’éléphant est aussi le symbole d’une grande puissance endormie qui réside dans un espace stable et solide.


Au centre du chakra et au-dessus de l’éléphant se trouve un triangle inversé, un triangle « féminin », Yoni que l’on nomme Traipura. Ce triangle symbolise Shakti, l’énergie créatrice. Au centre de ce triangle se trouve Svayambhu, le lingam « masculin », il symbolise le corps astral. Autour de ce dernier se trouve la kundalini représentée par un serpent qui l’enroule de trois tour et demie et dont la tête couvre l’orifice de la nâdî sushumnâ. C’est dans Mûlâdhâra, ce centre, cet espace inconscient que réside la kundalini et ces deux potentialités, l’aspect instinctif de nos vies et notre potentiel spirituel. Mûlâdhâra est relié à l’odorat, aux organes urinaires et sexuels.

 

Mûlâdhâra chakra © Yoga-en-ligne.com

Rôle de Mûlâdhâra chakra

Mûlâdhara nous transmet les énergies telluriques, il enracine à la terre, à la réalité, au concret. Par ailleurs, en lui réside aussi le siège de l’inconscient collectif, celui qui renferme notre culpabilité, nos passions, nos angoisses et nos complexes. Éveiller ce chakra c’est s’extirper des pulsions sexuelles qui gouvernent la plupart de nos désirs et de nos actions.


L’éveil de Mûlâdhâra peut nous conduire à expérimenter la lévitation du corps astral, voire mental (mais pas physique). De surcroît, cet éveil peut apporter la clairvoyance, l’observation d’une chaleur dans la zone du coccyx et notamment la sensation que quelque chose monte le long de la colonne vertébrale, comme de petites pattes qui se déplacent dans le bas du dos.

Exemples de techniques de hatha yoga en lien avec Mûlâdhâra chakra :

Padahastasana, trikonasana ou encore utthita trikonasana, une technique particulièrement puissante pour ce chakra.

Mûlâdhâra chakra à l’équilibre

Lorsque mûlâdhâra est à l’équilibre nous avons un profond sentiment de connexion à la terre. Cela renforce notre confiance en elle, en sa capacité à nous apporter nourriture mais aussi sécurité. Nous nous sentons intégré au cycle de la vie.

Mûlâdhâra chakra trop ouvert

L’égoïsme est exacerbé au détriment de l’altruisme et de la générosité. Par ailleurs, des pulsions nous poussent à assouvir avec obsession des plaisirs immédiats en lien avec la nourriture ou bien le matériel, la sexualité. Cela forme les traits d’un caractère dominateur, méfiant et irritable.

Mûlâdhâra chakra trop fermé

Sentiment d’insécurité, tendance à l’anxiété, à la peur du manque, à la légèreté ou encore à l’étourderie. L’incapacité à entreprendre et à s’affirmer sont marquées, tout comme la capacité à se disperser mais aussi à reporter l’action. Nous sommes paresseux et manquons notamment de stabilité.

Découvrez les autres chakras principaux

Auteur :
Benjamin Borg


Référence :
– Kundalini Tantra – Swami Satyananda Saraswati – Swam Editions 2006
– La Puissance du Serpent – Arthur Avalon – Editions Dervy 2012

Partager cet article :

OUPS

Votre navigateur a vieilli…

Il est temps de le mettre à jour 🙂