Kapâlabhâti

Étymologie

Kapâlabhati vient de Kapâla qui signifie « crâne » et bhâti, signifie « faire briller » ou « nettoyer ». Kapâlabhâti est ainsi « le nettoyage du crâne ».

 

Kapâlabhati est un shatkarma, une technique de purification du hatha yoga traditionnel, mais on le considère la plupart du temps comme un pranayama, une technique de respiration. Cette double ramification vient peut-être des effets de kapâlabhati qui touchent à la fois l’aspect physique et les sphères psychiques et énergétiques. En effet, kapâlabhati a une action efficace sur le nettoyage des narines et des cornets du nez mais aussi une forte influence sur ajna chakra et sur le mouvement des pensées.

kapalabhati assise

Assise ardha padmasana © Yoga-en-ligne.com

Essayez kapâlabhâti

Comment faire kâpalabhâti ?

Kâpalabhâti est une succession d’expirations sèches. Les expirations sont actives et franches et les inspirations se font spontanément, en laissant faire l’élasticité abdominale. Dans kapâlabhâti il ne faut vraiment pas essayer de faire partir le souffle au niveau du ventre, mais plutôt au niveau du visage. C’est exactement comme si on se mouchait sans mouchoir de manière successive et courte.

 

Certains enseignants conseillent de contracter brutalement les muscles abdominaux pour vider les poumons et de les relâcher pour que l’inspiration se fasse. Cependant, cette pédagogie semble contre-intuitive. En effet, le mouvement du ventre semble plutôt être un effet secondaire dans kapâlabhâti. Ainsi, sur yoga-en-ligne.com nous vous conseillons de concentrer davantage votre attention au niveau du visage et plus précisément au point entre les sourcils, un peu comme si le souffle partait de là.

 

Un autre point vraiment important dans kapâlabhaâti est la qualité de chaque expiration, celles-ci doivent être très sèches et puissantes. Si l’expiration est « molle », l’inspiration ne pourra se faire ou ne se fera que partiellement et vous n’arriverez naturellement pas à poursuivre la pratique.

 

En ce qui concerne le rythme, il peut varier, notamment selon les effets recherchés. Néanmoins, on peut considérer un rythme de 2 expirations par secondes comme une bonne base de pratique.

Comment s’asseoir pour faire kapâlabhâti ?

Kapâlabhâti peut se pratiquer dans n’importe quelle assise. L’idée c’est surtout d’avoir une colonne vertébrale bien droite. Avec l’habitude on pourra viser des assises les plus fermées, celles qui condensent davantage l’énergie. En premier lieu de ces postures se trouve la posture du lotus, padmasana ou bien, plus accessible, ardha padmasana, le demi-lotus ou encore vajrasana, la posture du diamant.

Posture padmasana de la plateforme de cours de yoga en ligne : yoga-en-ligne.com

Padmasana – Lotus

Posture Ardha Padmasana Jnana Mudra de la plateforme de cours de yoga en ligne : yoga-en-ligne.com

Ardha padmasana – Demi-lotus

Posture vajrasana de la plateforme de cours de yoga en ligne : yoga-en-ligne.com

Vajrasana – Posture du diamant

Effets énergétiques ?

Kapâlabhâti a une action énergétique plutôt ciblée sur ajna chakra. Elle recharge aussi, bien que ça soit secondaire, le plexus solaire, manipura chakra.

Bienfaits de kapâlabhâti

  • Suspend le déroulement des pensées, cela entraine un repos mental et permet de se régénérer dans un état de vacuité,
  • Nous met dans un état spontané de méditation,
  • Purifie, décrasse l’organisme du fait d’un rejet massif de CO2,
  • Augmente l’activité cellulaire,
  • Réduit la fatigue mentale,
  • Évacue le mucus en excès,
  • Tonifie et purifie les orifices nasaux,
  • Renouvelle entièrement l’air résiduel du bas des poumons,
  • Entretien la souplesse de l’éponge pulmonaire, favorise ses échanges,
  • Tonifie les viscères, le péristaltisme intestinal, lutte contre la constipation,
  • Tonifie le système nerveux,
  • Très bon exercice pour prévenir la thrombose cérébrale,
  • Améliore la concentration, la mémoire.

Mantra & visualisation

Dans kapâlabhâti le mantra est OM, il se prononce intérieurement à chaque expiration. Kapâlabhâti se fait les paupières fermées en visualisant un point blanc lumineux au centre du front.

Temps de pratique

Kapâlabhâti fait clairement partie des techniques qui peuvent se faire dans la durée. 10 minutes pour un pratiquant qui débute et 25 minutes ou plus pour une personne plus avancée. Kapâlabhâti peut se faire par série, par exemple 3 séries de 2 minutes avec des temps d’observation intermédiaires. Ou bien encore, d’une seule traite avec un temps d’observation à la fin.

Variante

Une des variante principale de kapâlabhâti est kapâlabhâti alterné. Cette version se fait avec la main droite au visage de manière à boucher soit la narine gauche, soit la narine droite. En pratiquant de manière alterné kapâlabhâti son action est ciblée soit sur un hémisphère du cerveau ou l’autre, ou bien sur le nadi Ida ou Pingala. Cette variante de kapâlabhâti peut enfin nous permettre de travailler à l’équilibre des tendances du système énergétique.

Auteur :
Benjamin Borg

Partager cet article :

OUPS

Votre navigateur a vieilli…

Il est temps de le mettre à jour 🙂